Signes et symptômes

Les signes et symptômes d’une commotion cérébrale

Immédiatement après une commotion cérébrale, les signes et les symptômes peuvent varier grandement
d’un individu à l’autre. Le tableau clinique d’une personne ayant subi une commotion cérébrale se manifeste et évolue différemment selon l’âge et le sexe, le nombre de commotions subies par le passé, le temps écoulé depuis la dernière commotion et possiblement certaines prédispositions génétiques.

Environ une personne sur cinq ressentira ses premiers symptômes jusqu’à 24 heures après avoir subi un accident à la tête. En ce qui concerne les sportifs, des études indiquent qu’un athlète sur deux cachera ses symptômes pour ne pas être retiré du jeu.

 
Une vingtaine de signes et de symptômes ressentis dans les heures suivant une commotion cérébrale ont été répertoriés, mais environ une dizaine sont le plus souvent rapportés.

 

Pourcentage d’athlètes rapportant les signes et les symptômes associés à une commotion cérébrale

Mal de tête 85,5 %
Étourdissements 64,6 %
Trouble de concentration 47,8 %
Confusion et désorientation 39,5 %
Vision floue 35,5 %
Sensibilité à la lumière ou au bruit 30,9 %
Fatigue 27 %
Nausée 24,9 %
Amnésie 20,2 %
Perte de connaissance 5 à 9 %

Sources : Guskiewicz et coll. (2000); Castile et coll. (2012)

Les symptômes post-commotionnels rapportés par les athlètes sont incontestablement une source importante d’information sur l’état de santé de l’athlète et sur sa récupération. Par contre, étant donné que le tableau clinique ainsi que son évolution varient d’un individu à l’autre, il n’y a pas de symptômes en particulier qui permettent de prédire l’évolution de l’athlète. Les signes et les symptômes ne sont pas des indices fiables. C’est pour cela que le groupe international d’experts en commotions cérébrales recommande de retirer l’athlète du jeu lorsque l’on soupçonne qu’un accident a pu causer une commotion cérébrale.