Gestion des commotions

QUEL EST LE RÔLE DU THÉRAPEUTE DU SPORT DANS LA GESTION DES COMMOTIONS CÉRÉBRALES? Que ce soit sur un terrain sportif, dans un établissement scolaire ou en clinique, les thérapeutes du sport agréés ont un rôle important dans la prise en charge des commotions cérébrales. À...

Un pourcentage élevé des personnes présentant des symptômes persistants d’une commotion cérébrale (le syndrome post-commotionnel) est aux prises avec un sentiment d’anxiété si important que cela peut devenir un sérieux obstacle à leur rétablissement. La psychothérapie cognitive de pleine conscience s’avère une approche particulièrement intéressante...

À l’Institut des commotions cérébrales, nous recevons fréquemment des personnes aux prises avec des symptômes persistants suite à une commotion cérébrale. La majorité d’entre elles souffre entre autres de maux de tête, d’étourdissements, de sensibilité à la lumière et aux bruits qui perdurent depuis des...

Quel est le rôle du neuropsychologue dans la gestion des commotions cérébrales ? Chez la majorité des personnes, les premiers symptômes ressentis dans les heures et les jours qui suivent une commotion cérébrale sont des déficits cognitifs, incluant des troubles avec l’attention, la mémoire et les capacités...

Si vous avez déjà subi une commotion cérébrale, vous aurez peut-être remarqué des changements au niveau de votre appétit. Plusieurs  des personnes nous consultant rapportent avoir plus faim qu’à l’habitude. Certains affirment même qu’ils ont l’impression que leurs symptômes diminuent lorsqu’ils mangent. En effet, rappelons-nous...

Après une commotion cérébrale, et surtout dans le cas où les symptômes deviennent chroniques, plusieurs sentiments négatifs peuvent se manifester. Parmi ces sentiments, il y a la peur de ne pas revenir comme avant, la tristesse de ne pas accomplir toutes les activités qui nous...

Des études récentes indiquent qu’un retour trop rapide en classe après avoir subi une commotion cérébrale peut en retarder la guérison et, dans certains cas, aggraver l’état de santé de l’étudiant. Or, il faut non seulement éviter un retour hâtif sur les bancs d’école, mais...